•  

     

     

     Merci de votre visite,

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    18 commentaires
  • Regardez ,ces perles  de pluie ,qui , sous les rayons du soleil

    étincellent

    cette toile  se pare de perles cristallines 

    et   devient  bijou qui scintille de mille étoiles

    comme des diamants  .

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    17 commentaires
  • Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    des perles  d'hématite,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    des perles avec des petites étoiles,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Nature éphémère,

    Merci de votre visite,

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    15 commentaires
  • Fleurs et perles de pluie.

    Fleurs et perles de pluie.

     

     

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    14 commentaires
  • Perle de pluie
    Le miroir de la vie
    Reflète dans son oeil
    L'amour que tu cueilles

    extrait pris ici

    http://lebaladin.canalblog.com/

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    11 commentaires
  •  

     

    Merci de votre visite ,bonne journée.

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    14 commentaires
  • Pomme d'amour,

     

    Pommes givrées

    becquetées, par les petites mésanges,

    Croquons la pomme,

    Merci de votre visite,

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    9 commentaires
  • La nature est belle pour qui sait regarder ,

     

                                                    Un Monde en soie, Un monde en voile,

                                               Un monde en soi dans cette étoile

                                               Toute emperlée par la rosée :

                                               C'est une toile d'araignée.

                                               Tissée entre deux brins de thym,

                                               Et un rameau de romarin.

                                               Elle est vide de toute vie

                                               Si ce n'est qu'au vent elle oscille.

                                               Deci deça, en balançelle,

                                               Incroyablement bien moins frêle

                                               Qu'on peut le croire en la voyant.

                                               Le mistral,en la tourmentant,

                                               A vraiment tort de s'acharner.

                                               Ses légers filins sont d'acier,

                                               Filins de soie tout gouttelés

                                               Par les perles de la rosée.

                                                             Vette de Fonclare

    Dans le petit matin.

    Dans le petit matin.

    Dans le petit matin.

    Dans le petit matin.

     

    Dans le petit matin.

    C'était  curieux à voir ,chaque tige était recouverte d'un voile

     et entre deux tiges une toile recouverte de perles de rosée.

    Merci de votre visite

    Un autre blog://faunaflore.canalblog.com/

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    14 commentaires
  • P1470261.JPG

    P1470262

    P1470265.JPG

    P1470264

    P1470273.JPG

    P1470269

    P1470275.JPG

     

    P1470281.JPG

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    9 commentaires
  • IMG_0104

     

     

    IMG_0106

     

    IMG_0107

     

    IMG_0108

    IMG_0109

     

    IMG_0110

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    9 commentaires
  •  

     

    nature--animaux 0093

                           Heuchère

    nature--animaux 0087 

     

                                        Aubépine rose double     

     nature--animaux 0089

     

    nature--animaux 0115nature--animaux 0103

     

                                                            Merci de votre visite

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

    P1450519.JPG

    P1450523

     

    P1450529

     

    P1450532

     

    P1280246

     

    P1280253

     

                                  

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    10 commentaires
  •  

     

    P1320297.JPG

     

     

     

    P1320296.JPG

     

    P1320298.JPG

     

    P1320302.JPG

     

     

     

     

    P1320322

    P1320323.JPG

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    12 commentaires
  • P1270732

     

    P1270742

     

     

    P1270694

     

    P1270805

     

    P1270824

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    8 commentaires
  • IMG_8351

    La pluie



    Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
    Interminablement, à travers le jour gris,
    Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
    Infiniment, la pluie,
    La longue pluie,
    La pluie.

    Elle s'effile ainsi, depuis hier soir,
    Des haillons mous qui pendent,
    Au ciel maussade et noir.
    Elle s'étire, patiente et lente,
    Sur les chemins, depuis hier soir,
    Sur les chemins et les venelles,
    Continuelle.

    Au long des lieues,
    Qui vont des champs vers les banlieues,
    Par les routes interminablement courbées,
    Passent, peinant, suant, fumant,
    En un profil d'enterrement,
    Les attelages, bâches bombées ;
    Dans les ornières régulières
    Parallèles si longuement
    Qu'elles semblent, la nuit, se joindre au firmament,
    L'eau dégoutte, pendant des heures ;
    Et les arbres pleurent et les demeures,
    Mouillés qu'ils sont de longue pluie,
    Tenacement, indéfinie.

    Les rivières, à travers leurs digues pourries,
    Se dégonflent sur les prairies,
    Où flotte au loin du foin noyé ;
    Le vent gifle aulnes et noyers ;
    Sinistrement, dans l'eau jusqu'à mi-corps,
    De grands boeufs noirs beuglent vers les cieux tors ;

    Le soir approche, avec ses ombres,
    Dont les plaines et les taillis s'encombrent,
    Et c'est toujours la pluie
    La longue pluie
    Fine et dense, comme la suie.

    La longue pluie,
    La pluie - et ses fils identiques
    Et ses ongles systématiques
    Tissent le vêtement,
    Maille à maille, de dénûment,
    Pour les maisons et les enclos
    Des villages gris et vieillots :
    Linges et chapelets de loques
    Qui s'effiloquent,
    Au long de bâtons droits ;
    Bleus colombiers collés au toit ;
    Carreaux, avec, sur leur vitre sinistre,
    Un emplâtre de papier bistre ;
    Logis dont les gouttières régulières
    Forment des croix sur des pignons de pierre ;
    Moulins plantés uniformes et mornes,
    Sur leur butte, comme des cornes

    Clochers et chapelles voisines,
    La pluie,
    La longue pluie,
    Pendant l'hiver, les assassine.

    La pluie,
    La longue pluie, avec ses longs fils gris.
    Avec ses cheveux d'eau, avec ses rides,
    La longue pluie
    Des vieux pays,
    Eternelle et torpide !




    Auteur:Émile VERHAEREN



    pluie_sur_les_carreaux

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique