•  

                                        Dans le parc ...

     

    Dans le parc aux lointains voilés de brume, sous
    Les grands arbres d’où tombe avec un bruit très doux
    L’adieu des feuilles d’or parmi la solitude,
    Sous le ciel pâlissant comme de lassitude,
    Nous irons, si tu veux, jusqu’au soir, à pas lents,
    Bercer l’été qui meurt dans nos coeurs indolents.
    Nous marcherons parmi les muettes allées ;
    Et cet amer parfum qu’ont les herbes foulées,
    Et ce silence, et ce grand charme langoureux
    Que verse en nous l’automne exquis et douloureux
        Et qui sort des jardins, des bois, des eaux, des arbres

    Et des parterres

                                                                        nus où grelottent les marbres,

               Baignera doucement notre âme tout un jour,

                           Comme un mouchoir ancien qui sent encor l’amour.

    Albert SAMAIN   (1858-1900)

                                                  Merci de votre visite .

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

    Merci de votre visite.

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    3 commentaires
  • P1340957

    Clisson_090

    P1460087

    P1340912

    P1280334

    P1430232

    P1250722

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    7 commentaires
  • P1260833.JPG

     

    P1260834.JPG

     

    IMGP0156.jpg

     

    P1250722

     

     

    BANC-VERT-CLAIR.jpg

     

     

    Le banc

     

    Au fin-fond du jardin il est un très vieux banc
    Tout simplement formé de trois poutres de bois
    Clouées tout de travers et un peu de guingois.
    C’est un endroit paisible où s’arrête le temps.

    C’est là qu’on vient rêver et c’est là qu’on attend
    De ressentir soudain du chagrin, un émoi
    Nous ébranlant le coeur pour nous remettre droit
    Et oublier enfin tous ses embêtements,

    On est au calme, ici, il ne fait pas trop chaud
    Et la calme fraîcheur au coeur de cet enclos
    Est claire et transparente, elle vous rassérène.

    La brise en friselant avive les couleurs
    D’un printemps tout nouveau où la quiétude est reine,

    On se sent presque heureux, encerclé par les fleurs.

    Vette de Fonclare

     

     

    link

    PHOTOS-2010-3-5428.JPG

     

    Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    7 commentaires